Évangile du jeudi 12 novembre 2020 : Luc 17,20-25

En ce temps-là,
comme les pharisiens demandaient à Jésus
quand viendrait le règne de Dieu,
il prit la parole et dit :
« La venue du règne de Dieu n’est pas observable.
On ne dira pas : “Voilà, il est ici !” ou bien : “Il est là !”
En effet, voici que le règne de Dieu est au milieu de vous. »
Puis il dit aux disciples :
« Des jours viendront
où vous désirerez voir un seul des jours du Fils de l’homme,
et vous ne le verrez pas.
On vous dira : “Voilà, il est là-bas !” ou bien : “Voici, il est ici !”
N’y allez pas, n’y courez pas.
En effet, comme l’éclair qui jaillit
illumine l’horizon d’un bout à l’autre,
ainsi le Fils de l’homme,
quand son jour sera là.
Mais auparavant, il faut qu’il souffre beaucoup
et qu’il soit rejeté par cette génération. »

Dans ce passage d’évangile, Jésus répond aux pharisiens qui n’ont de cesse de le questionner plus pour le prendre en défaut que pour être enseigner par lui.
Leur question : Quand viendra-t-il, le règne de Dieu ? La réponse de Jésus peut aussi nous désarçonner :  » Voici que le règne de Dieu est au milieu de vous !
Nous sommes parfois peu éloignés des pharisiens dans certains aspects de nos vies chrétiennes. Notre morosité, notre simple humanité nous entraîne à douter , à imaginer le règne d’un bonheur plus immédiat: Oui, le règne de notre Dieu Tout Puissant viendra-t-il solutionner nos difficultés et soucis de tous ordres ? Nous attendons que la vie nous sourit enfin, ou davantage.
Mais, Jésus répond simplement et nous remet dans notre réalité de Fils adoptifs du Père. Oui, le règne de Dieu est déjà là mystérieusement par la présence de son Fils Jésus
Christ ressuscité, venu en ce monde pour nous sauver. Il est présent au plus intime de nous-même, dans le silence de notre Être, si nous ne sommes pas encombrés de tous nos murmures contradictoires qui entravent la venue de notre Dieu en nous afin de participer à son règne dès ici-bas. Sa venue en nos vies nous amène à nous arracher à notre humanité, à renaître à une vie nouvelle avec les douleurs de ce nouvel enfantement.
Jésus Est le règne de Dieu, il est le Verbe, il est l’Amour incarné.
Lors de chaque Eucharistie, il renouvelle sa venue en nous, mais en ce temps de jeun eucharistique, puissions-nous aller à la rencontre de son règne par la lecture et la méditation de sa Parole, et par le Sacrement de la réconciliation ?
Serions-nous de ceux qui, en cette génération, le refusent, ne le voient pas, restent sur le bord du chemin qui conduit à la Jérusalem Céleste ?
Puissions-nous prier notre Mère du Ciel, la très Sainte Vierge Marie, elle qui, par son Oui à l’annonce et à la venue du règne de Dieu en son humanité, nous précède pour nous conduire vers son fils par l’Esprit .
En ce temps de confinement, demandons à Marie de nous guider pour laisser le Règne de Dieu nous envahir en la priant avec le chapelet, l’Angélus, et quelques dévotions mariales à découvrir ou à poursuivre. ( par exemple : »Marie qui défait les nœuds » ou  » Les trois AVE ».)
Et chaque jour,  » Que ton nom soit sanctifié Seigneur, et que ton règne vienne, et que ta volonté soit faite…  », Ainsi soit-il.
Bernard Coste, diacre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s